L’arbre magique

le

Les enfants avaient apporté plein de cadeaux: des dessins, des boîtes en papier, des fleurs. Basch a même reçu une petite médaille en remerciement des 5 mois qu’il a passé ici. J’ai trouvé ça émouvant et attendrissant qu’un garçon arrive à passer autant de temps ici et que les enfants le serrent dans leurs bras avant son départ. Après ça, la sirène a retenti et ça signalait la fin des cours de la journée.

J’ai mis son sac sur le dos et Basch m’a attrapé par la main et m’a fait courir tout en haut de la montagne. On avait une vue imprenable sur le volcan Tungurahua. A cette période, le sommet du géant des Andes est enneigé, et en y regardant bien j’ai commencé à voir quelque chose de rouge sur le flanc en face de nous. De la lave? Il y a une éruption !! J’étais sûre qu’on allait assister à un truc incroyable. On est resté là, assis en haut de la montagne à regarder le volcan pendant un moment, mais je n’ai pas vu d’éclairs apparaître dans le cratère, de feu être projeté à des kilomètres et encore moins de lave orange vif.

On a couru à une vitesse folle pour descendre de notre montagne et rejoindre le village suivant, Pelileo. On a vu un arbre magique, planté là au milieu de nulle part. Je n’ai pas compris tout de suite pourquoi il était magique mais en regardant tout autour de moi, je me suis rendue compte qu’il n’y avait aucune fleur… à part sous cet arbre. C’était beau.

J’ai vu le vent souffler dans les herbes hautes et sèches, j’ai entendu les ânes m’appeler au loin, j’ai rigolé quand les fermiers m’ont salué, j’ai pris des coups de soleil. Ça descendait sec et j’ai commencé à avoir peur en me disant que j’allais devoir tout remonter pour rentrer à la maison. Mais dès qu’on a pris le chemin sans fin, j’ai oublié toutes mes craintes. On a écarté plein de branches pour pouvoir passer, on a marché en équilibre sur un petit pont, on avait les chaussures pleines de terres, il y avait des aloès par dizaines devant nous, j’ai essayé d’attraper un cochon noir et on allait de plus en plus vite sur ce sentier. J’avais de nouveau 8 ans, le meilleur âge.

Et puis on a vu le village se dessiner devant nous, les couleurs des maisons (pas finies de construire) apparaître devant nous, tous les chiens se sont mis à aboyer, on a traversé dans les virages parce que c’est interdit, on a vu une école militaire pour enfants, et on est arrivé à Pelileo. Ça faisait une trotte depuis l’école mais c’était une belle balade. On a acheté quelques fruits sur le marché pour 1$ et on est rentré en bus parce qu’on savait que Marilou nous aurait préparé une bon repas comme tous les soirs.

Je crois que j’oublierai jamais cette journée, c’est surement la plus belle depuis que je suis dans ce pays et même si je suis un peu triste de pas avoir connue Basch un peu plus, de pas parler très bien anglais pour pouvoir parler avec lui, je me dis qu’on se recroisera peut-être en Équateur, au Pérou ou en Hollande !

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Diomx dit :

    Salut,je trouve la photo,wouah!!,superbe avec la montagne,les nuages.Bonne continuation et mettez nous encore plein de photos 🙂 .

    J'aime

  2. Lalak dit :

    Beau….le début du deuxième chapitre d’un beau roman…bon voyage

    J'aime

  3. Noé Serres dit :

    cette photo est tout simplement magique… elle aussi!

    J'aime

  4. FX dit :

    Salut les aventuriers …. beaucoup de magie retranscrite dans ton texte. Revenir en enfance, un doux rêve …

    J'aime

  5. Pascale dit :

    Super, super, de partager votre aventure. Quelle temperature fait-il?
    Comment va l’ecole? continue de raconter, c’est tres interessant, on est avec vous comme ca.
    Gros bisous, Pascale
    Seriez-vous partant d’avoir la compagnie de Nicolas pour un temps ou serait-ce plutot barbant? Je ne sais meme pas si ca l’interesse mais il fini son stage au Costa Rica dans juste trois jours???

    J'aime

  6. Handy dit :

    Ils sont gentils tous vos messages parce que j’ai mis tout plein d’émotions à écrire ce texte, ce qui n’est pas dans mes habitudes !
    @Pascale: Nicolas peut venir mais le problème c’est que nous on part dans une semaine, sac sur le dos sans trop savoir où on va aller, ni ce qu’on va faire, alors ça risque d’être un peu difficile de se retrouver. Mais si ça l’intéresse, il y a de la place à l’école et pour 10$ la semaine, c’est raisonnable, il peut venir comme volontaire quelques temps !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.