Qu’est-ce que tu ressens?

le
0806_chaiten_0054

 

– Qu’est-ce que tu ressens ?
– …
– Tu sais avant ce n’était pas comme ça. Il y avait une banque, des commerces, des hôtels, un aéroport national, des touristes qui descendaient la route Australe. Les enfants criaient et riaient dans la cour de l’école. On organisait des concerts à la salle des fête. Une fois par mois les groupes des environs venaient s’affronter. Je faisais moi-même partie d’un groupe. Mon meilleur souvenir date du soir où nous avons repris le répertoire de David Bowie. Je dois dire qu’on a eu pas mal de succès ! C’est vrai que j’aime beaucoup la musique mais j’aime aussi rencontrer du monde alors je tenais une petite agence de tourisme. Avec un ami, on organisait des tours au Parc Pumalin. C’est un des plus beaux du Chili, et il y a tant à voir. Alerces, cascades, lacs aux mille couleurs, oiseaux et… le Volcan. Le 2 mai 2008 : il y a eu une alerte.
Les gens ont évacué la ville si rapidement qu’ils ont laissé derrière eux tout ce qu’ils avaient. Les jouets des enfants sont encore là, les voitures immobiles et les maisons recouvertes de cendre semblent figées à tout jamais. Tout s’est passé très vite. La nature est si puissante face à l’homme. Quelques jours après que l’alerte ait été levée, je suis revenu et je vis ici, dans les décombres, dans la cendre depuis 3 ans. Le gouvernement ne souhaite pas nous aider. Il aimerait que nous abandonnions la ville mais j’ai toute ma vie ici. Tu comprends ? Ma maison était inhabitable. Tout était enseveli dans les cendres, il y en avait jusqu’au premier étage. J’ai vécu dans mon mini-van pendant 3 mois, le temps de tout déblayer. Petit à petit certains de mes amis sont également revenus mais pour les autres, il n’y avait plus rien à faire ici. La banque, l’école, l’église, les commerces, tout avait fermé. Plus de travail, plus d’argent. On s’est organisé entre nous et regarde aujourd’hui il y a un hôtel et un restaurant ! Et tu as vu tout à l’heure, l’aéroport sur le chemin de terre. On l’appelle « Chaiten Airport International » ! Je sais que vos guides touristiques disent qu’il ne faut pas venir par ici, qu’il faut passer votre chemin mais nous avons besoin de vous. Besoin que les gens reviennent pour que Chaiten ne meurt pas, pour qu’elle ne devienne pas une ville fantôme, isolée et sans âme.
– Nicolas ? Tout à l’heure tu m’as demandé ce que je ressentais.
– Oui, quand tu vois tout ça, qu’est-ce que tu ressens ?
– Je suis triste. Triste pour vous, triste pour la forêt, triste pour les animaux mais… je vois un arc-en-ciel, des hommes qui parlent beaucoup parce que l’isolement ça pèse ! mais qui ont gardé leur humour, une plage magnifique. Mais par dessus tout, je vois de jeunes pousses sur le sol et je suis sûre que d’ici quelques années, quand la terre aura repris des forces, elle donnera naissance à une forêt magique, pleine de petits esprits prêts à tout pour faire s’arrêter les gens dans cette ville perdue sur la route Australe !

 

Merci à Nicolas pour son témoignage, pour sa visite du volcan et de Chaiten. Amis voyageurs, arrêtez-vous ici !
Aide aux routards :
Bateau Quellon-Chaiten tous les vendredis matin. Se présenter au bureau de Navierra Austral le jeudi soir avant 20h. On embarque la veille !
Hôtel Llanos à Chaiten, 7000 pesos ch / pers avec petit dej.
Agence « Chaiten Tour » de Nicolas pour découvrir le parc Pumalin. Il parle très bien anglais.
Mini bus un jour sur deux pour partir de Chaiten vers le sud.

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Greg dit :

    Je ne sais quoi répondre à un texte pareil. C’est triste, et comme il n’y a pas grand chose à faire, les gens n’ont pas envie de sortir des sentiers battus, pourtant je suis convaincu que ça vaut le coup d’aller jusqu’à cette ville. Merci pour ce témoignage très émouvant qui je l’espère donnera des idées aux routards.

  2. Damien dit :

    C’est triste et à la fois beau : ces hommes et ces femmes qui gardent espoir sont un modèle de vie ! Et oui, il faut pousser jusque là bas, en plus d’aider les rares résistant de cette ville, les paysages sont tout simplement incroyables !!
    Merci pour ton commentaire Greg !

  3. Antoine Dufour dit :

    Très beau texte & photos magnifiques.
    C’est pour des articles comme celui-ci que j’aime parcourir votre blog.
    Vous nous faites voyager plus que vous ne pouvez l’imaginer avec seulement quelques images et quelques lignes, Merci.

  4. Annelyse dit :

    Je partage l’avis d’Antoine. Quand je lis vos textes, j’y suis aussi. Il y a toujours des gens qui ne renonceront jamais comme la nature d’ailleurs qui s’obstine toujours à repousser après les désastres. Merci beaucoup
    Annelyse

  5. Angelie dit :

    Dans un environnement pareil, le reste du monde qui grouille doit te sembler tellement irréel et abscons…

  6. Mamen dit :

    Quoi dire ? tout simplement que la nature a toujours fait ce qu’elle a voulu. Ni le pouvoir, ni l’argent n’aura jamais le dessus sur elle. Mais il faut l’aider à renaître de ses cendres, au sens propre comme au figuré. Et c’est là que l’être humain doit se montrer humble et généreux. Oui, il faut pousser jusqu’à ces paysages, même s’ils ne ressemblent pas aux plages de l’Ile Maurice, et faire connaître aux touristes la réalité du quotidien de certaines gens.
    Chapeau pour les photos. Elles nous transmettent toujours beaucoup d’émotion. A tout bientôt.-
    Mamen.

  7. vincent dit :

    votre présence,votre écoute donne à toutes ces personnes
    une perspective de jours meilleurs
    si chaque homme pouvait faire 1 geste
    le monde serait tellement +beau
    ce n’était rien qu’un peu de…….( Brassens)

Laisser un commentaire